Les éditos de Vincent

Les éditos de Vincent Bulot d'EBDS

Découvrez ou redécouvrez tous les éditos, sérieux et humoristiques, rédigés par Vincent ! Sachez qu’un nouvel édito sort tous les mois dans notre newsletter alors si vous souhaitez les lire en avant-première, n’hésitez pas à vous inscrire !

  • Depuis le 11 mai, déconfinement oblige, l’usage du masque, du gel hydroalcoolique et de tous les systèmes permettant le respect de la distanciation sociale se sont multipliés. Il ne se passe pas un jour sans que je reçoive des offres à ce sujet venant d’un peu partout et surtout d’un peu n’importe qui. J’ai même reçu des offres de confrères dont c’est loin d’être le métier.

    Nous sommes vraiment désolés mais vous ne recevrez jamais de devis pour du gel ou des masques de notre part, nous laissons ça aux professionnels du métier de la sécurité ou du médical. Le sans-fil et les antennes nous occupent déjà bien assez.

  • Installer et utiliser un routeur 4G, une passerelle LoRaWAN, un capteur Sigfox ou un modem VHF ont comme point commun leurs coûts cachés. On s’arrête trop souvent au prix d’achat du matériel pour comparer et faire son choix. Mais en réalité il ne représente qu’une partie de la dépense des frais associés à cette installation. Il faut y ajouter :

    • L’achat et le montage de l’antenne (si externe ou déportée),
    • L’installation de l’ensemble par un technicien (compétent),
    • Les abonnements (accès aux réseaux opérateurs, plate-forme de management,…),
    • L’exploitation (utilisation des données, connexion à distance,…),
    • La maintenance (changement de piles, mise à jour du firmware ou des clefs de sécurité,…).

    On voit donc que si le prix d’achat de l’équipement reste le plus visible, les autres dépenses sont à prendre absolument en considération et peuvent facilement doubler ou tripler le coût global. Bien choisir son prestataire et suivre ses conseils permettent de réaliser des économies substantielles.

  • Après 7 semaines de télétravail et de chômage partiel pour la majeure partie du pays, nous voyons enfin s’approcher la lumière du déconfinement. Certes nous respecterons les règles qui nous protègent tous mais le bout du tunnel sera de pouvoir revoir ses proches autrement qu’au travers d’un écran. Le bout du tunnel sera de s’échapper à un peu plus d’1km de son chez soi. Le bout du tunnel sera de retrouver le rythme des journées de bureau. Le bout du tunnel sera de reprendre les routes chargées du matin. Le bout du tunnel sera ce plaisir de partager un verre après une journée de travail intense. Le bout du tunnel sera ces mille et une choses fort simples, que nous mises de côté, et que nous redécouvrirons avec un plaisir aussi simple.

  • Pas d’exception, tout le monde est concerné. Cette crise sanitaire doublée d’une crise économique sans précédent nous touche tous. Alors oui, cette période est difficile à plus d’un titre mais elle permet aussi de faire apparaître au grand jour de vrais élans de solidarité envers toutes ces professions ‘invisibles’ et pourtant si indispensables à notre quotidien. Nous sommes encore loin de la sortie du tunnel, mais aujourd’hui c’est ce que je préfère retenir de ces moments si particuliers.

  • Dans nos métiers, nous sommes souvent confrontés à ce vocabulaire guerrier : troupes, victoire, bataille, guerre des prix, ... Certes, chaque entreprise doit obtenir des commandes pour vivre et optimiser ses coûts d'achat pour rester performante. Mais finalement, je constate que le "travailler ensemble" est beaucoup plus efficace pour tout le monde. Cela demande une certaine transparence de la part de chacune des parties mais que de temps gagné ! Et surtout, quelle satisfaction de partager ensemble le sentiment d'une collaboration efficace et du travail bien fait

  • Depuis de nombreuses semaines, c’est le sujet qui fait la une de nos actualités. Je ne débats pas ici du bien-fondé des grèves ou de la réforme mais cette omniprésence du sujet finit par atteindre peu ou prou le moral de tout le monde.

    Alors que notre pays est la première nation européenne présente au CES de Las Vegas, que la France est une fois encore le numéro 1 en projets d’investissements depuis l’étranger, et, pour revenir à notre activité, rappelons-nous que SigFox et LoRa ont été créés et développés en France !

    Alors pour cette année 2020, je reste très positif et continuons à créer et développer !

  • « Avez-vous des routeurs 5G ? » Cette question commence à être posée régulièrement au standard d’EBDS. La réalité est que cette 5G ultra rapide est finalement bien lente à arriver sur nos équipements.

    Malgré les annonces des derniers jours, nous pensons (par simple expérience) qu’il n’y aura que peu de déploiements significatifs d’équipements 5G avant 2021.

    Mais rien d’anormal à cela ! En 2019, nous avons vu se multiplier les installations de capteurs LoRaWAN qui étaient promis dès 2017. Les solutions LTE-M et NB-IoT sont disponibles dans notre offre depuis plus d’un an, mais cela se limite encore à quelques déploiements d’équipements. Alors la 5G va arriver et nous en reparlerons avec joie. Mais la 4G/LTE fonctionne très bien et ses évolutions LTE Advanced et LTE Advanced Pro font leurs preuves avec de beaux débits. Profitons-en!

  • Tous les jours, je suis démarché par des entreprises vendant des stands, des services de recrutement, de l’impression ou du matériel informatique. Comment différencier la personne qui m’apportera un plus pour mon activité d’un simple vendeur qui n’a qu’un intérêt à court terme pour mon portefeuille ? Je pense que l’écoute est le mot clé pour comprendre mes éventuels besoins.

    Notre équipe commerciale a pour objectif de développer les ventes, comme toutes les équipes commerciales. Mais quand je les vois à l’œuvre, je constate que les deux tiers de leur temps sont consacrés au conseil : écouter, comprendre les besoins, les contraintes techniques, économiques ou logistiques et proposer si nous le pouvons la solution la plus pertinente. Alors nous ne sommes pas parfaits (heureusement !), mais conseiller est une chose que nous réussissons bien chez EBDS !

  • L’été est bientôt passé, avec ses canicules (déjà deux) et bien sûr les vacances qui touchent doucement à leur fin. Mais la magie de la mobilité nous oblige à toujours garder un œil sur ce qu'il se passe. Et l’on a pu croiser, sur les plages et bords de piscines, des vacanciers l’oreille collée au portable pour traiter des points professionnels. Et je plaide coupable. Je suis le premier à pratiquer cette connexion permanente. J’adore ce que je fais et cela ne me pèse pas. Pourtant, Il est reconnu que les (vraies) ruptures, mêmes courtes, sont nécessaires. Elles contribuent à notre productivité et notre bien-être.

    Alors peut-être devrions-nous apprendre parfois à couper complètement, ne serait-ce que quelques jours et à faire de la place pour ce qui compte vraiment.

  • Amazon a annoncé avoir livré 175 millions de produits lors de ses Prime Days les 15 et 16 Juillet derniers ce qui est leur meilleure performance sur cette action. Alors pas de volumes aussi importants chez EBDS (heureusement car je souhaite dormir la nuit) mais notre 6ème année vient de se terminer avec de beaux résultats (50% de croissance et plus de 60.000 produits livrés). De nombreux investissements sont lancés, avec notamment des travaux en cours pour doubler notre superficie de stock et notre logistique. Il n’est pas prévu de Prime Days EBDS, mais il y aura encore plus de livraisons sous 24h de routeurs, de modems, de ponts-radio, d'antennes, d'accessoires et de câbles sur mesure ! Bon été à tous et à toutes !

  • Tendance au tout-écolo oblige, j’ai cherché un peu partout mais je n’ai pas réussi à trouver de routeurs en fibres de coco ou de câbles d’antennes en laine de chanvre. Les technologies sans-fil permettent d’économiser des kilomètres de câbles de cuivre, mais restent polluantes dans deux domaines :

    • L’énergie : Le Wireless est particulièrement énergivore. Beaucoup d’équipements restent allumés, même sans envoyer de données et émettre une onde nécessite une certaine puissance électrique. Parmi les pistes pour réduire cette consommation, on peut citer l’utilisation des énergies renouvelables, de composants basse consommation et d’équipements IoT/LPWAN disposant de systèmes de mise en veille.
    • Les composants : Comme tout matériel électronique, les routeurs, modems et faisceaux sont consommateurs de composants dont on connaît l’impact écologique.

    Pour réduire l’empreinte carbone du sans-fil, commençons par augmenter la durée de vie de nos produits et tentons de faire des choix techniques les plus pérennes possibles (installer une antenne qui supporte déjà la 5G permet d’éviter d’avoir à la démonter dans 3 ans). Enfin, j’aime bien l’idée du Fair phone qui tente une approche un peu plus aboutie que la moyenne. A quand l’antenne à base de plastique recyclé ?

  • On le sait peu, mais l’Europe a beaucoup apporté aux technologies sans-fil avec la création du CEPT qui est l’organisme de coordination entre les Ministères des Télécommunications des états membres. La structure a beaucoup évolué depuis sa première pierre posée en 1959 avec notamment la création de l’ETSI en 1988 et, pour ce qui nous concerne plus, la fondation du European Radiocommunications Committee.

    L’harmonisation des fréquences en Europe et de ses usages est le grand pas en avant qui a permis de concevoir, produire et utiliser des produits sans-fil partout en Europe. Il suffit aujourd’hui de vouloir exporter des solutions radio hors de l’Europe pour réaliser que les pays disposent de leurs propres normes, contraintes, limites et fréquences. Il faut donc identifier l’autorité de chaque pays, obtenir les documents et les comprendre pour savoir comment utiliser une technologie sans-fil sur place. Tout n’est pas parfait en Europe, loin s’en faut, mais au moins pour les technologies sans-fil, elle nous aura apporté plus de simplicité et un confort d’usage.

  • Les premières solutions de connexion data via le réseau cellulaire sont arrivées dans le début des années 2000. On a alors créé le M2M, le Machine-to-Machine. Le M2M n’a jamais été autre chose que ce nous faisions depuis des années, à savoir faire communiquer des équipements industriels entre eux. Le nom M2M sonnait bien et s’est imposé un peu partout.

    Mais aujourd’hui, le M2M est mort. Vive l’IoT, vive l’INTERNET OF THINGS ! Et depuis, nous assistons à une IoT-ization à marche forcée du vocabulaire. Les sociétés restent les mêmes mais tous les slogans avec le sigle M2M disparaissent, remplacés par les équivalents en IoT. Vient alors la question : qu’est-ce qui succédera à l’IoT ? Peut-être le Smart Things Oriented Portal

  • Sur les 10 dernières années, nous avons vu apparaître beaucoup de nouvelles technologies sans-fil. Chacune de ces nouveautés est souvent accompagnée de ses afficionados qui vous expliquent : « Arrêtez tout ! Cette nouvelle techno va tout remplacer ! ». Mais les faits ont tendance à montrer le contraire : les nouvelles normes ne remplacent pas les anciennes, elles viennent s’ajouter à celles qui existent. Les WiFi, Bluetooth, Zigbee, BLE vivent chacun leur vie. Les ventes de produits 2G/3G/4G n’ont jamais été aussi fortes parallèlement au développement des LoRa, Sigfox, NB-IoT et autres LPWAN.
    Mais pour aller plus loin encore : une nouvelle technologie peut ne jamais décoller alors que celles qui sont en place ont une durée de vie très supérieure à ce qui est exposé dans les études illustrées par de beaux graphiques. Alors surtout n’arrêtons rien, gardons ce qui marche déjà et continuons de nous intéresser à tout.

  • « Envoyez-moi votre offre et je sélectionnerai la moins chère »

    Nous avons tous déjà entendu cette phrase de la part de décideurs pensant ainsi protéger leur activité et leurs marges. Le résultat de cet unique critère prix peut être catastrophique à différents niveaux. Que vaut l’économie de 50€ sur l’achat d’un routeur industriel 4G si je dois revenir sur place pour le redémarrer ? Que vaut l’économie de 15€ sur une antenne si 5% de mes installations fonctionnent de manière intermittente ? Que vaut l’économie de 1000€ sur un backbone point-à-point si le réseau ne fonctionne pas ? Que valent toutes les économies réalisées à l’achat si, en cas de problème, je ne suis pas aidé, supporté ni conseillé ?

    Le bon prix, c’est le bon produit avec le bon service. Acheter au plus bas, c’est acheter deux fois.

  • C’est vrai, l’année 2019 démarre de manière un peu trouble avec les évènements en France, le (faux?) départ de l’Europe de nos amis anglais ou encore la politique du dirigeant américain qui échappe à notre compréhension. Mais 2019 ne se réduira pas à ce contexte :

    2019 sera l’année où nous verrons en France les nouveaux réseaux IoT/LPWAN (Orange en LTE-M, SFR en NB-IoT,…) se frotter aux réseaux existants opérés (2G, Sigfox, LoRaWAN,…) ou privés (LoRaWAN),

    2019 sera l’année où nous utiliserons les réseaux LTE-Advanced-Pro en préliminaire à la 5G qui passera des essais locaux aux premiers déploiements ;

    2019 sera l’année où certains enjeux s’inviteront plus que jamais dans les télécoms : intelligence artificielle, sécurité,…

    2019 sera une belle année parce que nous serons là avec des offres disponibles, des conseils et l’expertise qui vous permettra de faire les bons choix pour le succès de vos projets.

  • La question revient régulièrement dans toutes les entreprises qui exposent sur des salons professionnels : Faut-il ou pas exposer ?

    Le débat est parfois assez vif entre les services commerciaux, marketing et financiers : Quels sont les bénéfices réels pour l’entreprise ? Gains d’image ? Acquisition de nouveaux clients ? Investir ailleurs ? Que va dire le marché de nous si nous n’exposons pas ?

    Nous exposons entre 3 et 4 fois par an et je reconnais y être de plus en plus attaché. Je porte bien entendu la plus grande attention au visitorat, à l’emplacement, aux dates et aux résultats des années précédentes. Mais dans un contexte où les relations sont toujours plus digitales voire virtualisées, le salon prend alors tout son sens car il autorise la convivialité, l’échange et la découverte. Il est un accélérateur dans bien des relations avec les clients et les partenaires. Il permet enfin de faire des rencontres formidables. Le dernier salon auquel nous avons participé le confirme, alors vive les salons !

  • Nous avons été approchés récemment par un fabricant nous proposant de distribuer leur gamme, en mettant en avant leur futur produit présenté comme un véritable ‘couteau suisse’. Ce produit possédait une liste de caractéristiques techniques intéressantes (interfaces, processeur, format…) mais il lui manquait une chose : à quoi pouvait-il bien servir exactement ? Définir un produit comme un ‘couteau suisse’, c’est tout simplement l’aveu d’avoir oublié le plus important : le besoin du client.

    Si j’ai besoin de couteaux, j’achète de bons couteaux.

    Si j’ai besoin d’un tire-bouchon, j’achète un tire-bouchon. Mais jamais un couteau suisse. Celui-là je l’offre à mon neveu pour son anniversaire et rapidement il restera oublié dans un tiroir.

  • Comme tous les ans à cette période, revoilà LA RENTRÉE ! Les fournitures scolaires occupent les rayons des supermarchés, les journaux titrent sur les bons plans de la rentrée, les collègues bronzé(e)s racontent leurs souvenirs de plage à la machine à café, les feuilles des arbres ne tarderont pas à prendre des belles couleurs tandis que les foires aux vins pointeront bientôt le bout de leur nez.

    Alors, promis, nous éviterons de vous parler des nouveautés de la rentrée qui parfois ne sont pas si nouvelles. Promis, nous continuerons à vous informer régulièrement de ce que nos partenaires lancent comme solutions innovantes. Promis, nous mettrons plus de contenu explicatif sur ces technologies qui nous passionnent. Promis, nous vous proposerons un choix encore plus large d’antennes pour répondre à tous vos besoins. Nos promesses de rentrée en fait.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et infos.

Merci de renseigner une adresse email valide
Le consentement est obligatoire